• Cours
  • Activités
  • Inscription
  • Connexion
Université de Parakou

Remise de diplômes et prestation de serment de la...
  • Publié le 28/09/2020 à 17:12
  • Dernière mise à jour 29/10/2020
  • Vue 91 fois

L’Amphithéâtre 1000 de l’Université de Parakou (UP) a servi de cadre le samedi 18 janvier 2020 à la cérémonie de remise de diplômes et de prestation de serment de 87 étudiants de l’Institut de Formation en Soins Infirmiers et Obstétricaux (Ifsio) de ladite Université. C’était en présence de l’équipe rectorale du Professeur Prosper GANDAHO, du directeur de l’Ifsio Francis TOGNON, des Directeurs départementaux de la santé (Dds), des parents et amis des lauréats.

Cellule de Communication
Ils sont entièrement formés par l’Institut de Formation en Soins Infirmiers et Obstétricaux (IFSIO) de l’Université de Parakou (UP). Il s’agit de 87 étudiants dont 44 sages-femmes et 43 infirmiers qui ont reçu leurs parchemins de fin de formation. Avant de prêter serment, ils ont défendu du 16 décembre 2019 au 15 janvier 2020, leurs travaux de recherche de Licence Professionnelle devant 12 jurys constitués des éminents professeurs venus de plusieurs pays de la sous-région. Après la délibération des jurys, 14 étudiants ont eu une mention Très-bien, 2 Assez-bien et 28 Bien dans le rang des 44 sages-femmes. Parmi les 43 infirmiers, 4 ont reçu une mention Très-bien, 2 Assez-bien et 37 ont obtenu une mention Bien. Dans son allocution, le directeur de lIFSIO, Francis TOGNON a remercié tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à la réussite de cette cérémonie. Il a particulièrement salué les membres du jury qui ont effectué le déplacement à l’Université de Parakou dans le cadre des soutenances de ces étudiants. Dans son intervention, le Recteur Prosper GANDAHO a invité les nouveaux diplômés à faire preuve de professionnalisme et de dynamisme une fois sur le terrain. A en croire l’autorité rectorale, le diplôme reçu n’est qu’un simple papier, il revient aux détenteurs de prouver leurs compétences et acquis. « Vous avez l’opportunité d’avoir un diplôme professionnel demandé sur le terrain, franchissez maintenant le seuil du travail. La Licence Professionnelle n’est pas l’antichambre de la prospérité académique : franchissez le seuil du master et pourquoi pas du Doctorat », a-t-il conseillé. Les salutations d’usage entre récipiendaires et autorités ont mis un terme à cette cérémonie.