• Cours
  • Activités
  • Inscription
  • Connexion
Université de Parakou

Décès du Professeur Armand PARAISO, l’Universi...
[Prof. Armand PARAÏSO, enseignant à l'Université de Parakou]
  • Publié le 28/09/2020 à 17:05
  • Dernière mise à jour 28/10/2020
  • Vue 74 fois

Le Professeur PARAISO Abdou Armand Azize s’est éteint le vendredi 10 avril 2020 à l’âge de 63 ans. Ancien coordonnateur de la formation doctorale protection des végétaux à l’école doctorale des sciences agronomiques et de l’eau, il a été coordonnateur du centre de pédagogie universitaire et d’assurance qualité de l’UP et vice-président de la section Bénin de l’Association internationale de pédagogie universitaire (Aipu), charge qu’il a assumée jusqu’à son décès. Retour sur le parcours de cet illustre serviteur chevronné que l’Université de Parakou pleure.

Cellule de Communication
Après son BAC série D obtenu en 1978 à Abomey-Calavi et son diplôme d’ingénieur en agronomie qui le consacre professionnel et scientifique de Protection des Plantes à Sofia en Bulgarie en 1985, il s’inscrit pour une thèse de doctorat en agriculture et entomologie dans la même Université. Formé aux métiers d’entomologiste avec expertise en Apidologie et entomopathologie, il était depuis 1989, titulaire d’un Doctorat de l’Université de Bulgarie défendus brillement. Après son doctorat à Sofia en Bulgarie, il a travaillé de 1990 à 1996, sur la lutte biologique contre les criquets et les sauterelles à l’aide de pathogènes d’insectes, à l’Institut international d’agriculture tropicale (Iita), station du Bénin. Parmi ses travaux figurent en bonne place : Écologie des criquets et des sauterelles ; enquêtes sur les agents pathogènes des insectes en Afrique et en Asie du Sud-Est ; essais en laboratoire et sur le terrain contre les criquets et les sauterelles à l’aide de champignons pathogènes des insectes et Coordination des programmes nationaux de lutte contre les criquets et les sauterelles au Sahel. Recruté et affecté à l’Université de Parakou le 19 Novembre 2001, le Professeur PARAISO a fait preuve d’abnégation au travail et parvint à s’inscrire sur les différentes listes d’aptitudes du Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES). Maître-Assistant en 2011, Maître de Conférences en 2013 et Professeur Titulaire après la quarantième session des Comités Consultatifs Interafricains (CCI) Cames en juillet 2018 soit cinq ans après, ce porte étendard de la science a réussi à se hisser au firmament dans sa carrière d’enseignant-chercheur. Professeur Titulaire depuis 2018 à l’Université de Parakou, ses dernières recherches ont porté sur la caractérisation des abeilles Apis mellifera adansonii, les maladies des abeilles au Bénin et en Afrique, la distribution des parasites des abeilles (Varroa destructor, Braula cœca, Acarapis woodi et Tropilaelaps sp.) et leurs impacts sur l’apiculture au Bénin, les prédateurs des abeilles (Aethina thumida et Galleria mellonella) et la promotion des bonnes pratiques apicoles au Bénin et en Afrique. Sur le plan administratif, feu Professeur PARAISO a occupé plusieurs fonctions. Ancien chef de département de production végétale de la Faculté d’agronomie, ancien coordonnateur de la formation doctorale protection des végétaux à l’Ecole doctorale des sciences agronomiques et de l’eau (Edsae) de l’Université de Parakou, ancien secrétaire permanent du conseil scientifique sectoriel sciences naturelles et Agronomie de l’Université de Parakou, ancien coordonnateur du Projet Niche ben 203 de l’UP, Coordonnateur du Centre de pédagogie universitaire et d’assurance-qualité (Cpuaq) de l’UP  et Vice-président de la Section Bénin de l’Association internationale de Pédagogie Universitaire (Aipu), il était également Directeur du Laboratoire de protection des végétaux, de Pathologie et de Parasitologie des Abeilles (Lappab) de l’UP. Un baobab est donc tombé, la forêt pleure. Condoléance à la famille éplorée et paix à l’âme de l’illustre disparu.